Infolettre- Le temps d’une pandémie

Petites nouvelles de Tricolaine- le 5 avril 2020

En confinement?  Au travail dans un service essentiel? Que vous soyez dans un groupe ou l’autre, les mesures actuelles sont dėroutantes: alors que  certaines personnes risquent leur santė à tous les jours pour assurer la  santé et la sécurité des autres, les autres essaient d’apprivoiser l’angoisse qui monte et le malaise créé par l’incertitude, le manque de revenus, les mauvais rendements…

Que  nous appartenions à un groupe ou un autre,  nous n’avons pas vraiment le choix.  Soit on a beaucoup de temps libres, soit on travaille comme des fous.  Il est même trēs difficile de comprendre les autres, car nous avons perdu tous nos repères. Bang! pratiquement du jour au le demain, les commerces dits non-essentiels doivent fermer, les autres doivent adapter leurs horaires, les espaces physiques et protėger leurs employés.

Tous deviennent  des ennemis potentiels, même les gens qu’on aime! Et on se dit, tant mieux, avec la technologie moderne, on peut quand même garder le contact, se téléphoner et faire un SKYPE ou un Facetime, mais…c’est pas pareil.  Quand le confinement sera fini, il y a plusieurs petits enfants qui se sentiront peut-être étouffés par les  câlins de leurs grands-parents…

Tout le monde surveille tout le monde, on dirait… on en veut à  ceux qui ont tardé à revenir au pays, ceux qui sont partis en vacances pendant la relâche scolaire, ceux qui vont prendre des marches en trop grand nombre, ceux qui nous empêchent de voir nos proches…. On en veut aux délinquants, jeunes ou vieux, à ceux  qui veulent aller se cacher le plus loin possible, à ceux qui font comme si rien n’avait changė…

Comme marchande de laine, le gouvernement a dėcrété….pas un service essentiel!  J’avoue que cela devenait de plus en plus stressant de voir des clientes, prendre leurs mensurations, tâter les pelotes…moi, celle qui vous encourage toujours à toucher, mettre près de votre visage pour vėrifier quel coloris vous va le mieux…

Même si je voyais moitié moins de client.e.s que d’habitude, j’arrivais à la maison CREVÉE, au bout du rouleau!

Mais, en même temps, je sais que le tricot nous permet de se créer une zone de paix, un monde tout doux, de se sentir en sėcuritė dans un monde devenu hostile, devant un ennemi invisible mais souvent mortel. 

Alors, comme on ne sait pas combien de temps ça va durer, et que oui, j’aurais plein de temps pour améliorer ma Boutique en ligne,  mais que j’ai besoin d’aide et pas les moyens d’engager personne, et que les frais fixes, on doit quand même les payer… et parce que vous me manquez, vous, MES clientes, je vais me rendre disponible pour prendre vos commandes, et pour vous conseiller du mieux que je peux dans les circonstances.  

Ainsi, si vous avez un projet en tête, ou un  projet à complėter, ou juste envie de renouveau avec le printemps qui se pointe, envoyez-moi un courriel au info@tricolaine.com avec les infos suivantes: le nom du modèle (sur Ravelry), la taille, ou si vous avez déjà le patron, une photo du patron.  Et, pour mieux  vous conseiller, les coloris que vous aimez, le type de fibre, etc.  Et je vous ferai parvenir des photos des coloris en inventaire en quantitė suffisante.. je passerai au moins une journée par semaine à la  boutique, et on pourra se coordonner pour un ramassage sans contact ou une livraison postale ou autrement! 

Mais je vais vous demander d’être compréhensives… il est possible que je ne vous réponde pas le jour même, et pour vous envoyer des photos, je dois me rendre en boutique… donc, ce sera selon la demande, bien entendu! 

Comme la chaîne d’approvisionnement est pas mal rompue, la plupart de mes fournisseurs sont fermės, pour une durėe indéterminée…ALORS! Une chance qu’on a de l’inventaire!!!

à bientôt, et en attendant de se reparler ou  de se revoir, bon courage, ÇA VA BIEN ALLER!

Jacynthe

PS: Si vous voulez recevoir les infolettres de Tricolaine, vous pouvez vous abonné en cliquant ICI