Tricoté serré: une chronique.

Grand ménage du printemps.
Si vous êtes comme moi, dès l’arrivée du premier rouge-gorge, une Irrésistible envie de grand ménage me prend! Et parfois, un classement de mes réserves s’impose. La question m’est souvent posée: la laine, ça se garde éternellement?

Entreposage 101

Pour nous, les tricoteuses, les pelotes que nous avons en avance, en nombre plus ou moins grand (,) sont autant de trésors que nous voulons garder précieusement pour le projet idéal qui s’imposera un jour, sans aucun doute! Comment conserver ces jolies pelotes pour le jour J?

1) ennemi numéro 1: l’humidité. Choisissez un endroit sec et à l’abri de la lumière, et évitez les sous-sols humides.

2) ennemi numéro 2: le plastique. les bacs et sacs de toutes sortes dégagent, lentement mais sûrement des composés volatils qui, en plus de polluer l’air ambiant, imprègnent les fils à tricoter. Il semblerait qu’il serait préférable de les garder dans du coton . Pourquoi ne pas recycler les vieilles taies d’oreiller, qui, pour une raison mystérieuse, survivent plus longtemps que les draps! Pour « attraper » l’humidité, on peut y ajouter un sachet que l’on trouve dans les boîtes de chaussures, ou encore, plus écologique, on fabrique de petits sachets qu’on remplit de bicarbonate de soude.

3) ennemi numéro 3: les mites ou autres insectes!
Pour les éloigner, la lavande, l’huile essentielle de lavande et l’eucalyptus font merveille. Les mites mangent la laine et les fibres naturelles, mais elles sont surtout attirées par la matière organique qui se trouve dessus: si vous gardezvos réserves de laine près des vêtements, assurez-vous de bien les laver avant de les entreposer!

4) ennemi numéro 4: la surabondance! Un plan d’attaque fera l’objet d’une prochaine chronique!